Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 Aug

Anonyme, Le Livre sans nom

Publié par Eloah  - Catégories :  #Au fil de nos lectures

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/3/4/9782355840432.jpg

 

J'ai croisé ce livre et je l'ai saisi aussitôt, intriguée par le titre et ce mystéreux auteur, attirée par cette couverture sombre ... Dès la première page, on entre au Tapioca, bar de Santa Mondega, ville d'Amérique du Sud oubliée de tous, bar qui garde la mémoire d'un monstrueux carnage survenu 5 ans plus tôt. L'atmosphère est pesante, poisseuse, inquiétante ... et ce n'est encore rien ! Malfrats de tous crins se côtoient et dégainent pour un rien, comme dans les westerns. Quand débarquent deux jeunes moines, complètement ignorants mais imbattables en arts martiaux, à la recherche d'une pierre bleue aux étranges pouvoirs les soirs de fête de la Lune (soit tous les 5 ans ...) , on bascule dans le surnaturel, ce qui est bientôt confirmé par le réveil après 5 ans de coma d'une jeune femme qui a miraculeusement survécu à 30 balles dans le corps ... Le mélange des genres atteint son summum quand on fait connaissance avec l'un des plus dangereux malfrats du coin qui .. se prend pour Elvis !

Je n'ai pas trouvé l'intrigue très prenante car assez attendue mais j'ai beaucoup aimé cette drôle de galerie de personnages (et je n'ai pas encore nommé les deux amoureux qui vivent dans leur petite bulle et traversent toute cette violence en continuant à roucouler, seuls au monde) qui m'a  à peine fait lever un sourcil quand des vampires se sont invités à la fête (moi qui avais réussi à échapper à Twilight !!). Rien n'est crédible dans ce livre, à tel point qu'on finit par croire en tout car plus rien ne nous surprend !

J'ai surtout aimé l'humour du narrateur, y compris dans les situations les plus délicates. Par exemple, lorsqu'un personnage, en très mauvaise posture, se trouve acculé dans une chambre d'hôtel avec derrière lui un cadavre tout frais et une pierre précieuse très convoîtée. On frappe à la porte. Il veut regarder par l'oeil de boeuf pour savoir qui c'est mais il craint pour sa vie. La tension, déjà forte, monte encore. Le narrateur détaille la rapidité  avec laquelle une balle peut lui exploser l'oeil à travers la porte et : "un demi-coup d'oeil suffit. Il rejeta la tête en arrière et se mit à couvert en moins de temps qu'il en aurait fallu pour dire "Oups ! mon oeil !"" Ce genre de commentaire est digne d'un film de série B mais, étrangement, ce qui est lourd dans ce genre de film devient drôle dans le livre.

Ainsi, si l'intrigue, surtout dans sa toute dernière partie, passe du farfelu à l'attendu, l'ensemble est plaisant à lire, on se laisse embarquer volontiers dans ce roman à la Tarantino, on frissonne et on rit !

 

Anonyme, Le Livre sans nom, Le Livre de poche, 2007

Commenter cet article

cacahuète 17/09/2012 15:58

je l'ai lu il y a 2-3 semaines... et je signe des deux mains ce que t'as écrit
j'aimerais bien lire la suite, si jamais il y en a une

dan 25/08/2012 11:30

Je l'ai croisé aussi, je note son titre (facile à retenir ;-))

À propos